APS change

votre Bureau de change depuis 1992

Le billet de 10 euros (10 €) est le deuxième billet en euros par ordre croissant de valeur. Mis en circulation en 2002, il est utilisé par plus de 340 millions de personnes dans les 22 pays dont l'euro est la monnaie unique, 20 pays l'ayant adopté officiellement. Il est le deuxième plus petit billet d'euro, mesurant 127 millimètres sur 67 et est de couleur rose. Il représente une arche d'architecture romane sur le recto et un pont d'architecture romane sur le verso (entre le XIe et le XIIe siècle). Le billet de 10 euros possède de nombreuses caractéristiques de sécurité telles qu'un filigrane, de l'encre ultra-violette, un hologramme et des micro-impressions, qui certifient son authenticité. Le nouveau billet de 10 euros est présenté le 13 janvier 2014 et mis en circulation le 23 septembre 2014. Au 1er janvier 2019, il y avait 2 629 767 998 billets de 10 euros en circulation dans le monde, pour une valeur totale de 26 297 679 980 €.

Du 1er janvier 2002, date de leur introduction, au 23 septembre 2014, il y a eu une série de billets de 10 euros gardant les mêmes signes de sécurité et portant trois signatures. Le tirage initial porte la signature du président de la Banque centrale européenne, Wim Duisenberg, remplacé par Jean-Claude Trichet le 1er novembre 2003, lui-même remplacé par Mario Draghi le 1er novembre 2011. Il y a donc trois billets différents de 10 euros avec trois signatures différentes, en fonction de leur date d'impression. Toutefois, tous les billets sont estampillés 2002, date à laquelle la première série a été introduite. Après mai 2013, les billets de 5 euros de la première série continuent de circuler, mais ils ne sont plus imprimés et sont progressivement remplacés par ceux de la deuxième série. Une seconde série dénommée « Europe » a commencé à être introduite avec le billet de 5 euros le 2 mai 2013, pourvue de signes de sécurité renforcés et plus complexes, qui rend la contrefaçon encore plus difficile. Elle comporte, comme la première série, les mêmes éléments graphiques inspirés du thème « Époques et styles architecturaux européens », ce qui permet aux utilisateurs de les reconnaître aisément. Ce billet de la série « Europe » a été présenté à Francfort-sur-le-Main le 13 janvier 2014 et a été mis en circulation le 23 septembre 2014 ; l'année du copyright qui apparaît ainsi sur ces nouveaux billets est 2014.

Le billet de 10 euros est la deuxième coupure en euro avec la valeur la plus faible, mesurant 127 sur 67 millimètres et de couleur rouge4. Ils représentent tous des ponts et des arches dans des styles historiques européens différents. Le billet de 10 euros dépeint l'architecture romane (entre les XIe et XIIe siècles)4. Les dessins initiaux de Robert Kalina devaient représenter de vrais monuments existants, mais pour des raisons politiques, le pont et l'arche sont plus simplement des exemples hypothétiques de l'ère architecturale romane. Comme sur tous les billets en euro, on peut observer la dénomination de la coupure (10 EURO/ΕΥΡΩ), le drapeau de l'UE, la signature du président de la BCE, les initiales de la BCE dans toutes les langues officielles de l'UE (BCE, ECB, EZB, EKT et EKP), une carte de l'Europe, une représentation des territoires d'outre-mer de l'UE (on peut observer, en bas au centre, les îles Canaries et des territoires français utilisant l'euro) et les étoiles du drapeau de l'UE.

En avril 2001, la BCE a décidé qu’après l'introduction de l’euro, la production des billets en euros serait décentralisée et mise en commun (pooling). Dès lors, depuis 2002, chaque banque centrale nationale de chaque État membre de la zone euro fournit une partie de la production annuelle totale de certains billets. La banque centrale concernée prend en charge les coûts de production au titre de la part qui lui a été indiquée. En septembre 2002, la BCE a décidé de mettre en place un stock stratégique de l’Eurosystème (c’est-à-dire la Banque centrale européenne (BCE) et les dixsept banques centrales nationales (BCN) de la zone euro). Ce stock est utilisé dans des circonstances exceptionnelles, lorsque les stocks au sein de la zone euro sont insuffisants pour faire face à une hausse inattendue de la demande en billets ou en cas d’interruption inattendue de leur approvisionnement. Les stocks permettent aux banques centrales nationales de gérer à tout moment une variation de la demande de billets. Grâce aux stocks logistiques, il est possible de répondre à leur demande dans des circonstances normales. Ces stocks permettent également de remplacer les coupures impropres à la circulation, de faire face à une progression attendue de leur utilisation, de répondre aux fluctuations saisonnières de leur demande et d’optimiser leur transfert entre les succursales des banques centrales. (Source Wikipedia)