APS change

votre Bureau de change depuis 1992

*|MC:SUBJECT|*

La Lettre du Cambiste

Bonjour
C'est bientôt la période des vacances. Voici quelques conseils utiles !
Chaque mois, retrouvez nos informations, bons plans, promotions... que nous avons plaisir à partager avec vous. N'hésitez pas à nous contacter directement pour en profiter.
En permanence les meilleures offres sur les Dollars
Appelez maintenant 01 45 72 42 62

 
PRIX IMBATTABLE
Renseignez-vous en appelant dès maintenant au 01 45 72 42 62

C'est une incroyable et improbable découverte qui a été réalisée la semaine passée par des ouvriers qui procédaient à la destruction d'une maison inhabitée dans la commune de Pont-Aven dans la Finistère. En effet, 600 pièces d'or belges ont été retrouvées dans un récipient en plomb ressemblant à un obus rapportent à l'AFP plusieurs sources concordantes. "Ils l'ont secoué et ont entendu un bruit de pièces ", raconte Laurent Le Bihan, co-gérant de l'entreprise Bat'isol à Quimperlé, confirmant une information du journal Ouest-France. À l'intérieur, les ouvriers découvrent 600 pièces d'or belges datées de 1870 à l'effigie du roi Léopold II, souverain outre-Quiavrain de 1965 à 1909. Alertée, la gendarmerie a placé le trésor sous scellés, a-t-elle indiqué à un correspondant de l'AFP. Le propriétaire de la maison "n'était pas étonné, son grand-père était collectionneur", rapporte Laurent Le Bihan et le montant du magot pourrait dépasser la centaine de milliers d'euros. Selon le code civil, le trésor appartient pour moitié aux personnes qui l'ont découvert et pour l'autre moitié à celle qui possède le terrain où la découverte a été faite. (Lire l'article)

POUR BÉNÉFICIER DE NOS MEILLEURES
OFFRES DU JOUR :

Composez dès maintenant le
: 01 45 72 42 62

Les habitants de la région ont toujours su qu'un vaste gisement d'or reposait sous les cacaoyers et les massifs de bambou de la jungle tropicale de l'Etat d'Osun, dans le sud-ouest du Nigeria.

Obsédé par la très lucrative exploitation pétrolière, le pays a négligé l'or durant des décennies. Mais le gouvernement cherche aujourd'hui à redynamiser un secteur minier moribond et diversifier ses revenus, plombés par l'effondrement des cours du baril depuis 2014. Quelques sociétés misent déjà sur ce secteur, avec l'espoir de réitérer l'expérience fructueuse des pays voisins comme le Ghana, le Sénégal et la Sierra Leone. Par une matinée humide, Segun Lawson, directeur général de Thor Explorations, guide ses visiteurs sur le site où se trouve la mine rachetée par sa société.

"Personne ne connaît l'exploitation minière au Nigeria", affirme M. Lawson, vêtu d'une chemise blanche, d'un pantalons chino et de bottes de chantier, en marchant le long d'une route de terre rouge envahie d'insectes volants. Le gouvernement nigérian a creusé la mine dans les années 1980, "mais le pétrole était si abondant qu'ils l'ont tout simplement abandonnée", ajoute-t-il, s'arrêtant au bord d'une vieille tranchée de 20 mètres de profondeur. (Suite de l'article)
 

POUR BÉNÉFICIER DE NOS MEILLEURES
OFFRES DU JOUR :

Composez dès maintenant le
: 01 45 72 42 62

Un Américain un peu barré, Mike Hughes, membre de la Flat Earth society (la société de la Terre plate), tente de construire sa propre fusée pour constater par lui-même que la Terre n’est pas ronde mais plate.
1 Français sur 10 pense que la Terre est plate
Ne riez pas. Selon un sondage réalisé l’an passé 1 Français sur 10 pense que la Terre est plate. Et aux États-Unis, ils ne sont pas moins de douze millions à être persuadé de la même chose au sein de la Flat Earth society. Alors bien sûr, on peut s’étonner que de telles idées subsistent alors que toutes les photos prises de l’espace nous démontrent bien que la Terre est ronde. En fait, beaucoup de gens considèrent que la Nasa ou le Roscosmos, son équivalent russe, ne sont que de grosses machines de propagande qui passent leur temps à dessiner sur Photoshop de fausses images rien que pour nous tromper. Et que Youri Gagarine, Neil Armstrong et Thomas Pesquet ne sont que des acteurs de séries B qui n’ont jamais quitté le plancher des vaches… Personnellement, je ne vois pas bien l’intérêt de se donner autant de mal pour nous induire en erreur. Car franchement, que la Terre soit ronde ou plate, est ce que ça va changer la face du monde ? (Lire l'article)

LE CONSEIL DU MOIS :
Egypte : le Quai d’Orsay réévalue ses conseils aux voyageurs

Le ministère des Affaires étrangères annonce une modification « positive » de sa fiche conseil aux voyageurs séjournant en Egypte. La ville de Charm El Cheikh n’est plus « déconseillée » mais placée en « vigilance renforcée ».

La situation de la ville de Charm El Cheikh sur la mer Rouge, à la pointe sud de la péninsule du Sinaï a été réévaluée positivement. Anciennement placée en « zone déconseillée sauf raison impérative » (orange) la ville est désormais placée en vigilance renforcée (jaune). Les séjours y sont désormais possibles à condition de s’y rendre par avion et de ne pas quitter la station balnéaire.

Compte tenu de la situation sécuritaire au Sinaï, il convient de se conformer strictement aux consignes de sécurité des autorités locales.
(Suite de l'article)

Les déséquilibres de l’économie américaine et la logorrhée du président Trump n’y changeront rien.
 

La Bundesbank a annoncé lundi qu’elle allait dorénavant incorporer le yuan dans ses réserves de change, une manière de reconnaître la puissance croissante de la Chine. Mais si l’Empire du milieu est devenu la deuxième économie de la planète, sa monnaie demeure quasi inexistante dans les réserves mondiales, alors que le dollar en pèse près des deux tiers.

L’annonce est d’abord symbolique. Des yuans chinois s’empileront bientôt dans les coffres de la Bundesbank, parmi les 167 milliards d’euros de réserves de change et d’or de la toujours puissante Banque centrale allemande. Cette décision, révélée lundi à Hong Kong par un membre de son directoire, suit de peu celle de la Banque centrale européenne (BCE) : en juin, cette dernière avait converti en monnaie chinoise l’équivalent de 500 millions d’euros de ses avoirs en devises.

C’est extrêmement modeste, mais à chaque fois la portée du geste est autant technique que politique. Ce fut aussi le cas lorsque le FMI a décidé d’intégrer le yuan dans le panier de ses monnaies de réserve à l’automne 2016. La Chine est en train de s’ouvrir au monde et d’internationaliser ses marchés financiers, ce que traduit parfaitement l’émergence de sa devise dans la cour des grands.

Mais « toutes les choses sont difficiles avant d’être faciles », dit le proverbe chinois. Mastodonte économique, le yuan reste un nain monétaire dans les livres de comptes des banquiers centraux. Dans ce domaine le dollar écrase toujours ses partenaires, son poids a même eu tendance à s’accroître ces dernières années. Selon les derniers chiffres du FMI, le billet vert représente aujourd’hui 64 % des avoirs des banques centrales. Une proportion sans commune mesure avec la taille de l’économie américaine, qui n’assure plus que 20 % du PIB mondial. L’euro pointe à la deuxième position (20 %), très loin devant le yen japonais et la livre sterling (4,5 % chacun). À 1,12 % le yuan est encore quasi inexistant, même s’il peut s’enorgueillir de faire un peu mieux que le franc suisse (0,17 %) ! (Suite de l'article)