BUREAU DE CHANGE À VIROFLAY

change devise

VIROFLAY

La monnaie est une unité d’échange qui vise à faciliter le transfert de biens et services . Cela prend principalement la forme d’ argent .

Il est généralement émis par des États ou des groupes d’États (pensez à l’ euro ) principalement par l’intermédiaire de sa propre banque centrale sous un régime de monopole . Dans certains États, il existe plus d’une institution émettrice. Plusieurs pays peuvent utiliser le même nom pour leur devise ( dollar américain , canadien et américain, par exemple ), la même monnaie (euro) ou un État peut déclarer légalement la monnaie d’un autre pays Par exemple, le dollar américain est la monnaie légale du Panama , processus indiqué par la dollarisation ). Chaque devise comporte généralement des multiples et des sous-multiples, généralement des cents.

Le terme monnaie est utilisé plus spécifiquement pour désigner les monnaies étrangères détenues par les citoyens et les institutions d’un État, sous forme d’ argent en circulation et d’instruments de crédit . Un exemple typique de cette possession est représenté par les réserves de change détenues par les banques centrales.

Si le BUREAU DE CHANGE est situé dans le pays d’origine , la situation est exactement opposée: pour l’échange avant le voyage, le prix de vente est déterminant (le BUREAU DE CHANGE vend la devise étrangère). Après le voyage , le BUREAU DE CHANGE du pays d’origine rachète les devises apportées au prix d’achat le plus bas . Mais peu importe où se trouve le BUREAU DE CHANGE, le prix d’achat est toujours inférieur au prix de vente. Les bureaux de change tirent profit de cette différence de prix: ils vendent des variétés à un prix supérieur à celui qu’ils ont acheté. En plus de la différence de prix, une commission peut être due – une taxe que le BUREAU DE CHANGE peut percevoir soit en pourcentage de la valeur d’échange, soit sous la forme d’une somme forfaitaire par échange effectué

Un échange de devise est l’ achat et la vente d’une monnaie autre que la sienne pour l’utiliser dans la zone géographique où elle est réglementée et utilisée de la même manière que la sienne. Par exemple, dans le pays de destination, en cas de voyage. Un échange de monnaie , en revanche, n’implique pas un mouvement physique de l’argent. Par exemple, un virement reçu en dollars est saisi sur le compte personnel dans la devise correspondante, en fonction du pays correspondant ( euros , pesos , soles , etc.). Habituellement, chaque pays a établi au moins une monnaie officielle sur son territoire, présentée sous différents moyens de paiement et ayant également cours légal . D’autre part, plusieurs pays peuvent: utiliser la même monnaie (dans le cas de l’ euro avec les pays membres de l’ Union monétaire européenne ou du Liechtenstein dans l’union monétaire avec la Suisse – avec le franc suisse ); adopter une devise étrangère comme unité monétaire légale: cas du Panama et de l’ Équateur (avec le dollar américain ), du Vatican , de Saint-Marin , de Monaco et d’ Andorre et, de facto , du Kosovo et du Monténégro (avec l’euro). Pour des raisons pratiques, une monnaie a généralement des subdivisions, légales ou traditionnelles: 1/1000 (les millimètres du dinar tunisien), 1/100 (les centimes de l’euro), 1/20, 1/10, 1/8, 1/4 (le quatrième dollar américain ), etc.

Le taux de change est déterminé par l’offre et la demande de chacune des deux monnaies : si la demande dépasse l’offre, le cours augmente. Puisque la devise d’un pays est à la base une créance détenue sur la banque centrale de ce pays1, la détention d’une devise étrangère peut être vue comme la détention d’une créance « à vue » sur le pays qui l’a émise. Le mécanisme de taux de change européen, ou MCE, est un mécanisme de taux de change introduit par la Communauté européenne en 1979 destiné à stabiliser les cours des devises européennes, prévenir les risques de change et accroître la confiance dans la monnaie à moyen et long terme, juguler l’inflation et développer le commerce et l’activité dans la zone intra-communautaire. Initialement nommé « système monétaire européen, » il a été considérablement révisé dans son fonctionnement par le traité de Maastricht ratifié en 1992 instaurant l’Union européenne, en vue de la préparation à son Union économique et monétaire et sa future monnaie unique. Depuis l’introduction de l’euro le 1er janvier 1999, il a été révisé et remplacé par le MCE II et consiste en un accord entre le Conseil ECOFIN réunissant tous les pays membres de l’Union européenne, la Banque centrale européenne et les banques centrales nationales des États membres de l’Union européenne n’appartenant pas à la zone euro. Le mécanisme de taux de change européen (MCE) désigne avant tout cette nouvelle politique mise en place progressivement dans le cadre du SME, de façon transitoire, jusqu’à l’instauration de l’Union économique et monétaire (UEM) ; ce mécanisme ne fonctionnera pleinement que dans les deux dernières années du SME en 1998 et 1999 (après la finalisation des statuts de la BCE et la mise en place des politiques économiques et législations nationales adaptées), c’est-à-dire la période finale d’évaluation des devises qui seraient intégrées dans la future UEM. Il permit toutefois de stopper les interventions directes perturbant la saine concurrence intra-européenne, et d’éviter le recours trop fréquent dans le passé aux dévaluations des devises nationales comme moyen (de plus en plus inefficace et inflationniste) de relancer la croissance et les investissements étrangers par une hausse des taux d’intérêt, là où le SME imposait seulement de consulter au préalable les autres partenaires sur les compensations nécessaires à ces dévaluations. Ainsi le MCE instaura la véritable coopération économique européenne via les réunions régulières des ministres des finances au sein du Conseil ECOFIN.

Le Royaume-Uni participait au SME puis au MCE jusqu’à sa dissolution à la fin de 1999. Le SME n’existe plus mais certains mécanismes du MCE restent en application pour le Royaume-Uni sous forme de coopération avec l’UEM et le respect de certains objectifs communs définis par le traité de Maastricht, et l’obligation pour le Royaume-Uni de contribuer au budget européen avec des comptes établis en euros, la seule devise officielle de l’Union européenne.

La Finlande et la Suède ont participé au MCE, comme l’ensemble des 15 membres de l’Union européenne jusqu’à la fin de 1999. La Finlande est sortie du MCE pour rejoindre directement l’UEM. Mais la Suède n’a pas pris les mesures techniques permettant de sortir du MCE avant l’introduction de l’euro, en adoptant celles définies pour le MCE II qui lui auraient permis de rejoindre l’UEM, comme le traité le lui obligeait.

Région           Île-de-France

Département            Yvelines

Arrondissement       Versailles

Canton           Versailles-2

Intercommunalité    Communauté d’agglomération Versailles Grand Parc

Maire

Mandat          Olivier Lebrun

2014-2020

Code postal 78220

Code commune       78686

Démographie

Gentilé           Viroflaysiens

Population

municipale   16 129 hab. (2017 en augmentation de 2,88 % par rapport à 2012)

Densité          4 621 hab./km2

Géographie

Coordonnées            48° 48′ 03″ nord, 2° 10′ 23″ est

Altitude         Min. 92 m

Max. 176 m

Superficie      3,49 km2